logo Bett1 infoportal-titre_fr.svg
facebook instagram
Infoportal >Conseils

Les palpitations cardiaques nocturnes

Palpitations cardiaques nocturnes

Les palpitations cardiaques nocturnes peuvent être inquiétantes, mais quand une augmentation de la fréquence cardiaque est-elle réellement de la tachycardie et à quel niveau la fréquence cardiaque doit-elle se situer pendant le sommeil ? D’un point de vue médical, une accélération de la fréquence cardiaque pendant le sommeil ne doit pas nécessairement être considérée comme un signal d’alarme, mais peut, dans le pire des cas, être liée à un état de santé préoccupant. Si les palpitations se produisent fréquemment pendant la nuit ou sont accompagnées de symptômes tels que des vertiges, des sueurs, des difficultés respiratoires ou des nausées, il faut immédiatement faire appel à un médecin d’urgence. Toutefois, la fréquence cardiaque peut aussi augmenter de manière tout à fait naturelle pendant le sommeil.

Les personnes qui surveillent régulièrement leur fréquence cardiaque pendant le sommeil doivent savoir que les phases de sommeil agité, comme les phases de sommeil paradoxal associées aux rêves, peuvent être responsables d’une augmentation de la fréquence cardiaque. D’autres facteurs comme le stress, l’anxiété ou la consommation d’excitants comme la caféine, l’alcool ou les drogues, peuvent aussi en être la cause. 

Augmentation de la fréquence cardiaque pendant le sommeil : les causes possibles

à gauche, des grains de café avec la légende « caféine », au milieu un verre à whisky avec la légende « alcool » et à droite des comprimés colorés avec la légende "drogues."

Les personnes qui surveillent régulièrement leur fréquence cardiaque pendant le sommeil doivent savoir que les phases de sommeil agité, comme les phases de sommeil paradoxal associées aux rêves, peuvent être responsables d’une augmentation de la fréquence cardiaque. D’autres facteurs comme le stress, l’anxiété ou la consommation d’excitants comme la caféine, l’alcool ou les drogues, peuvent aussi en être la cause.

Qu’est-ce que la fréquence cardiaque ou le rythme cardiaque au juste ?

Le terme “fréquence cardiaque” désigne le nombre de pulsations ou de battements par minute, spécifiquement le nombre de contractions ventriculaires par minute. C’est une variable quantitative. En revanche, le rythme cardiaque est une variable qualitative qui peut être qualifiée de normal, de dysrythmie ou d’arythmique.

Les palpitations nocturnes deviennent dangereuses lorsqu’elles sont causées par une maladie coronarienne, un trouble du rythme cardiaque ou une insuffisance cardiaque. De plus, les maladies pulmonaires, les troubles thyroïdiens et les changements hormonaux sont souvent associés à des palpitations nocturnes. En raison des nombreuses causes, parfois très dangereuses, d’une accélération de la fréquence cardiaque pendant le sommeil, il est recommandé de toujours consulter un professionnel de la santé.

Quelle est la fréquence cardiaque normale pendant le sommeil ?

Lorsqu’il est question de valeurs indicatives ou normales, il s’agit toujours de la fréquence cardiaque au repos. Comme le corps continue à ralentir pendant la nuit, la fréquence cardiaque pendant le sommeil est généralement plus lente, sauf pendant les phases de sommeil paradoxal.

Fréquence cardiaque au repos
La fréquence cardiaque au repos est la fréquence cardiaque mesurée à l’état de veille, en état de relaxation absolue. La meilleure façon de le mesurer est de le faire au réveil, le matin avant de se lever.
graphique fréquence cardiaque

Les personnes qui font beaucoup de sport et qui ont donc un cœur bien entraîné peuvent, en principe, avoir une fréquence cardiaque inférieure à la moyenne. Cela s’explique par le fait que le cœur travaille mieux et a besoin de moins de battements pour fournir la puissance requise. La fréquence cardiaque moyenne au repos dépend en outre de l’âge :

C’est donc lorsque le cœur est complètement développé et donc le plus performant que la fréquence cardiaque est la plus basse. Avec l’âge, la fréquence cardiaque peut augmenter légèrement et, selon la condition physique, dépasser la valeur de référence pour les adultes.

Si la fréquence cardiaque d’un adulte dépasse 100 bpm, il s’agit, au sens médical du terme, d’une tachycardie. Si la fréquence cardiaque est inférieure à 60 battements par minute (bpm), il s’agit d’une bradycardie. La fréquence cardiaque pendant le sommeil peut toutefois tomber temporairement en dessous de 60, sans que cela ne soit une raison de s’inquiéter.

Comment mesurer la fréquence cardiaque ?

Pour mesurer la fréquence cardiaque, il n’est pas nécessaire d’utiliser un appareil de mesure spécial. Il suffit de mesurer le pouls en posant deux doigts sur la carotide pendant une période de 15 secondes et de multiplier ce nombre par 4 pour obtenir le nombre de pulsations par minute. 

mesure le pouls

La mesure avec un cardiofréquencemètre est plus aisée. Si l’on souhaite enregistrer sa fréquence cardiaque sur une longue période, pendant le sommeil ou en pratiquant du sport, il faut un cardiofréquencemètre qui puisse être porté plus longtemps. Les pulsomètres et les cardiofréquencemètres existent dans les versions les plus diverses.

En raison de leur précision et de leur confort, les ceintures pectorales, qui mesurent la fréquence cardiaque et l’envoient à un récepteur, sont particulièrement appréciées des sportifs. Il existe également toute une série de montres intelligentes et de bracelets qui peuvent être portés confortablement au poignet et qui, en plus de nombreuses autres fonctions, mesurent la fréquence cardiaque et détectent les palpitations cardiaques pendant le sommeil. 

Comment faire baisser la fréquence cardiaque ?

Dans les cas graves, les médecins peuvent recourir à divers médicaments pour diminuer la fréquence cardiaque. Les médicaments les plus connus à cet effet appartiennent à la catégorie des bêta-récepteurs bloquants, généralement appelés simplement bêta-bloquants.

Photo divisée en trois parties : valériane à gauche, cannelle au milieu et aubépine à droite ; chacun avec la légende appropriée.

Dans les cas moins graves, des remèdes maison à base d’aubépine, valériane ou de mélisse peuvent faire l’affaire. Certains exercices de respiration promettent également un soulagement rapide des palpitations cardiaques nocturnes : inspirer pendant cinq secondes puis expirer pendant 5 secondes, soit six respirations par minute. Pratiquer une activité sportive d’endurance comme la marche, la natation ou le vélo peuvent, à plus long terme, aider à diminuer la fréquence cardiaque.

Jusqu’où la fréquence cardiaque peut-elle descendre pendant la nuit ?

La plupart du temps, la fréquence cardiaque pendant le sommeil est plus basse que pendant la journée, et même plus basse que la fréquence cardiaque au repos. Alors que la fréquence cardiaque au repos d’un adulte devrait se situer entre 60 et 80 pulsations par minute, la fréquence cardiaque pendant le sommeil peut descendre à 45-55 pulsations par minute. Chez les personnes très sportives, elle peut même baisser encore plus, car le cœur travaille mieux et a donc besoin de moins de battements. Ce n’est que pendant les phases de sommeil paradoxal que la fréquence cardiaque peut augmenter de manière naturelle pendant le sommeil.

Pourquoi la fréquence cardiaque augmente-t-elle pendant le sommeil ?

Pendant les phases de sommeil paradoxal associées aux rêves, il est tout à fait normal que la fréquence cardiaque s’élève. En outre, la fréquence cardiaque pendant le sommeil devrait être inférieure aux fréquences cardiaques pendant la journée et même à la fréquence cardiaque au repos. Les palpitations nocturnes peuvent être la conséquence du stress, d’une consommation excessive de caféine et d’alcool, mais aussi de maladies graves. Les palpitations nocturnes devraient donc toujours être examinées par un médecin.

Dormir est-il bon pour le cœur ?

Oui, dormir suffisamment et régulièrement a un effet positif sur la santé cardiaque. Diverses études ont démontré qu’un sommeil insuffisant augmentait le risque d’infarctus du myocarde ou d’autres maladies cardiaques. Le nombre d’heures de sommeil nécessaires varie d’une personne à l’autre. Il est relativement facile de déterminer soi-même la durée individuelle du sommeil.

Vous pourriez également être intéressé par :